3- Renforcer le Cœur de métier


- Recentrer les missions du SDIS sur ses missions définies dans la loi de modernisation de sécurité
civile.

- Réformer les textes exigeant la rédaction de documents obligatoires et éloignant ainsi les agents des
SDIS du service public. Une simplification des textes permettrait de recentrer pleinement tous les agents du SDIS sur leur mission de service public.

- Renforcer le rôle des sapeurs-pompiers au sein des instances qui pilotent le secourisme au niveau
national.

- Développer la formation incendie des sapeurs-pompiers afin de renforcer et développer notre
expertise en la matière.

- Inciter la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) à produire un
guide de préconisation sur l’incendie en remplacement des GNR.

- Créer une filière incendie pour reconnaître l’expertise des personnels impliqués, pour mutualiser les
bonnes pratiques et faire vivre le guide de préconisation incendie.

- Développer la mise en place de RETEX opérationnel et fonctionnel au sein des SDIS et renforcer le
rôle de la DGSCGC et de l’ENSOSP dans le but de coordonner et permettre le partage de ces RETEX.

- Développer la Recherche des Causes et Circonstances Incendie (RCCI) au sein des SDIS et permettre
la reconnaissance de l’expertise des sapeurs-pompiers en matière d’incendie.

- Amener la DGSCGC à engager une réflexion sur des dossiers qui préoccupent l’ensemble des SDIS au
lieu de s’en débarrasser comme la disparition des Guides Nationaux de Référence (GNR) au profit des
Référentiels Emplois, Activités et Compétences (REAC). Que deviendra notre Règlement d'Instruction et de
Manœuvre (RIM) lorsque chaque SDIS aura une réponse opérationnelle différente ? A l’heure ou nos pays
voisins cherchent à harmoniser leurs pratiques, chaque SDIS réinvente la profession.

- Développer le réseau numérique ANTARES et son utilisation à l’ensemble du territoire national.

- Renforcer le Secours d'Urgence Aux Personnes (SUAP) en tant que mission régalienne des SapeursPompiers.

- Prôner un SSSM fort au sein des SDIS, qui permettra d’éviter la « mercantilisation » du secours à
personne. Nous ne voulons pas que nos victimes deviennent des clients.
La désertification médicale constatée sur beaucoup de territoires implique que le SSSM prenne toute sa
place, dans le cadre du secours à personne, à la hauteur des attentes de notre population et de l’ensemble
des agents des SDIS.

- Reconnaissance du réseau Secours A Personne (SAP).

- S’appuyer sur le maillage territorial pour garantir à la population des secours rapides en toute zone.

- Garantir le maintien de la prévention au sein du service public.

- Rétablir la Commission Centrale de Sécurité (CCS). 

- Maintenir un effectif à 3 sapeurs-pompiers minimum pour armer un Véhicule de Secours et
d'Assistance aux Victimes (VSAV).

- Maintenir un effectif à 6 sapeurs-pompiers minimum pour armer un Fourgon Pompe Tonne (FPT).